Info Lavoir... Les cancans du bourg ! Sources: Ouest France et Le Télégramme de Brest

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une soirée très réussie autour des amis de Georges Brassens

lundi 01 novembre 2010 - Ouest France.
Les Mad Pell Zo ont offert une belle surprise au public du Tost D'an Dud en proposant un excellent répertoire de chansons des « Amis de Georges ».</P>

Grâce à l'excellente idée du groupe de chanteurs lopérécois les « Mad Pell Zo » le public du Tost D'an Dud aura encore passé une excellente soirée.

« C'est la troisième édition en hommage à Brassens. Notre groupe avait déjà bien écumé son répertoire et l'on s'est dit pourquoi ne pas chanter les amis de Georges ? », rapporte Yvonne Broustal, l'une des chevilles ouvrières du groupe. Il n'a pas fallu plus de trois répétitions aux Mad Pell Zo pour faire leurs, les plus belles chansons des grands compositeurs. Ferrat, en bonne place avec cinq de ses plus beaux titres Moustaki, Barbara, Bécaud, Brel, Le Forestier et sa chanson tout appropriée « Les amis de Georges » ainsi que le grand Léo

Cerise sur le gâteau du 29 e anniversaire de la mort du poète sètois, trois ou quatre de ses textes d'un registre plus coquin mais si subtils, furent lus avec talent par le conteur Philippe Moreau qui s'en est donné à coeur joie tandis que l'on se régalait de crêpes gentiment proposées par les Mad Pell Zo.

 

 

 


Le marché de producteurs et artisans d'Arrée se pérennise

jeudi 18 novembre 2010- Ouest France
Le « marché de pays, les goûts et couleurs de l'Arrée » se tiendra ce dimanche 21 novembre à Lopérec. L'office de tourisme du Yeun Elez appelle d'ores et déjà aux candidatures d'exposants pour un marché de Noël le 19 décembre à Lopérec, tel 02 98 81 47 06.</P>

Qu'on se le dise, ce dimanche 21 novembre de 9 h à 13 h se tiendra un marché de produits alimentaires et artisanat locaux sur la place de Lopérec.

Le 4 octobre dernier, les acteurs des marchés de Lopérec et Brasparts sous la bannière de l'office de tourisme du Yeun Elez se sont réunis afin de dresser le bilan de l'année écoulée et de décider de leur continuité.

« Nous sommes globalement satisfaits de la fréquentation de ces deux marchés qui ont été à la fois bien suivis par les touristes et la population locale, mais notre but c'est bien de fidéliser la clientèle locale sur l'année, ce qui n'est pas toujours aisé, cependant on voit avec plaisir des braspartiates se rendre au marché à Lopérec fixé le 3 e dimanche du mois et en sens inverse les lopérécois venir à Brasparts le premier dimanche du mois » se réjouissent les lopérécois Marc Méquignon et Yves Le Borgne, producteurs de légumes bio et de viandes fraîche de porc fermier et de charcuterie.

Au cours de la réunion, se dessinera la politique de communication de ces animations avec : les projets d'une affiche commune aux deux marchés pour toute l'année et d'une autre spéciale pour la période estivale où les deux marchés se dérouleront en alternance chaque dimanche. Ces marchés porteront la jolie dénomination de « Marché de Pays, les goûts et les couleurs de l'Arrée ». Une belle trouvaille quand on voit la diversité de la production locale (Miels de Lennon, fromages de chèvre de Brasparts, cidre, confitures, porcelaine peinte, laine tissée de Saint-Rivoal, articles pour réalisations manuelles de Plonévez-du-Faou, légumes bio et viandes de porcs...) sans oublier la traditionnelle fournée de pains cuite dans le four communal au marché de Lopérec. À noter que ces animations sont en corrélation étroite avec l'épicerie paysanne « Bro an Aré » de Saint-Rivoal ouverte toute l'année le vendredi soir de 16 h à 19 h et le samedi de 10 h à 13 h.

« Le 19 décembre nous organisons un marché de Noël à Lopérec et nous attendons d'ores et déjà les inscriptions de nouveaux producteurs et artisans, au 02 98 81 47 06 ou à l'adresse otyeun.elez@wanadoo.fr » annonce Christel Trocnet animatrice de l'office de tourisme du Yeun Elez.

 

 

Armelle Roudot peint la vie et la lumière

jeudi 04 novembre 2010 - Ouest france
Armelle Roudot devant son tableau de Port-Launay, exposé à An Heol. Repères : 46, rue de Goasanneyec, 02 98 73 16 07.</P>

Ses toiles sont comme l'artiste, tout en finesse et sensibilité. Armelle Roudot joue avec légèreté et sens des nuances sur deux thèmes majeurs : la vie et la lumière.

Depuis quelques jours, l'artiste Pont-de-Buisienne, expose une partie de ses créations à l'Espace An Heol : « Je peins depuis très longtemps, en fait, raconte Armelle. Mais j'ai eu des coupures, le temps d'élever les enfants. L'occasion pour moi de suivre des cours de technique. Avec mon retour à Pont-de-Buis, je me suis remise à la peinture avec force et envie, décidée à essayer d'en vivre. Je donne dans l'acrylique, étant par nature impatiente de clore une toile amorcée. Même si mon dernier tableau, un grand format de Port-Launay en hiver, m'a demandé trois mois de travail ! J'adore mettre en exergue la vie et la lumière dans mes créations, des sens qui me sont chers. Je suis en apprentissage permanent, mais j'aime beaucoup le portrait, le figuratif et marier les styles. ».

Après des expos au Gourmet, à Lanvéoc, Briec, des sets de table personnalisés pour la semaine du goût, le concours de la Marine, Armelle veut aller bien plus loin dans sa quête d'affirmer sa personnalité d'artiste de talent.


Dix Croix du combattant et une médaille au porte-drapeau

mardi 16 novembre 2010 - Ouest France.
La traditionnelle cérémonie du 11 novembre a donné lieu dimanche à la remise de 10 Croix du combattant et d'une médaille de porte-drapeau en présence de nombreux lopérécois.</P>

Les lopérécois étaient au rendez-vous ce dimanche matin sur la place devant le monument aux morts pour honorer, les victimes, de la grande guerre, de celle de 39-45, ainsi qu'Etienne Couchouron tué en 1956 en Algérie et participer à une remise de médaille à onze anciens combattants. Une cérémonie mise en musique par Yves Broustal avec la participation en belle tenue de maître de la Marine de la conseillère municipale Christelle Rannou-Saulas et de sa fille portant le coussin à médailles, d'Alain Queffélec adjoint et président de la section locale des anciens combattants. « La liste était des récipiendaires était longue, nous l'avons divisée, nous remettrons donc des médailles l'an prochain » annonçait le maire Jean-Yves Crenn avant de faire lecture du texte officiel.

Deux récipiendaires étaient absents pour cause de santé, Marcel Le Borgne et Jean Le Borgne ayant passé respectivement 12 et 25 mois en Algérie.

Ont reçu la croix du combattant : Michel Caro rappelé 6 mois à Constantine en 1956, Hervé Péron, 13 mois à Saïda dans le sud Oranais, Jean-Pierre Broustal 28 mois dans la région d'Oran, Yves Piriou, 18 mois à Rabat et rappelé 3 autres mois au Maroc, Marcel Goacolou, 14 mois à Thiaret sud Oranais, Louis Cloarec 28 mois à Alger et au fort de Coubas, Lucien Guédès 28 mois à Alger puis à Constantine, Jean Le Pape, 28 mois dont 14 à la frontière Tunisienne.

Jean-Yves Crenn remit également la médaille de porte-drapeau à Pierre Stum ayant passé 24 mois à Saïda dans le sud Oranais, décoré en Algérie de la Croix de la valeur militaire et ayant reçu également la médaille commémorative et la croix du combattant.

 

Une raclette pour financer les activités de l'école

25 novembre 2010 - Le Télégramme

 École.  Une raclette pour financer les activités de l'école

L'équipe de service des parents d'élèves de l'école, a organisé et servi, le week-end dernier, un repas raclette, ouvert à tous, à la salle polyvalente. Le bénéfice servira aux activités annexes de l'école.

 

 

Marché des producteurs. Ça continue pendant l'hiver

Afin de pérenniser le marché, les producteurs et commerçants continuent de venir, chaque troisième dimanche du mois. Le prochain marché aura lieu le 19décembre. Stéphane Bourbon, fromager à Saint-Caduan à Brasparts, Hélène Méquignon, productrice de légumes à Linlouet, et Yves Le Borgne et ses produits de porcs fermiers de Kerfank.

 

Nuisances sonores. La carrosserie va fermer

2 novembre 2010 - Le Télégramme.

Voilà plus d'un an que la nouvelle carrosserie, ouverte à l'entrée du bourg, était l'objet du courroux de quelques riverains, en particulier de Sylvie Courvoisier, locataire d'un pavillon social situé derrière les bâtiments du garage Le Goff. Dès l'ouverture du commerce, en avril2009, celle-ci avait, en effet, demandé une étude à la Ddass (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales). Le résultat avait révélé que lorsque les deux hottes fonctionnaient ensemble, elles généraient une importante élévation sonore, variant de 9 à 12dB (A), quand la norme était de 7dB (A). Le propriétaire, Philippe Le Goff, avait alors entrepris un certain nombre de mesures (installation de filtres antibruit, limitation des horaires d'utilisation, recours à de nombreuses reprises auprès du fournisseur...), mais celles-ci s'étaient avérées insuffisantes.

Risque de sanctions financières

«Aujourd'hui, pour sept décibels, les services de l'État envisagent, malgré nos efforts de prendre des sanctions financières», explique, dans un courrier, Philippe Le Goff, atterré par l'acharnement dont il estime avoir été la cible de la part «de quelques mauvais coucheurs». Dans ce contexte, c'est la mort dans l'âme qu'il a décidé de prendre une mesure radicale: «La carrosserie fermera dans les prochains jours et la cabine de peinture sera vendue». Ce nouvel outil de travail n'avait pas deux ans.

 

 

Commentaires (5)

1. Joëlle Gautron 05/12/2010

Loin de Loperec ! oui, difficile d'être en première ligne et loin du front. Front ? oui ! car la croisade de Mme Courvoisier est une guerre qu'elle a entreprise afin de pouvoir continuer à vivre en paix dans sa commune. Elle entre en guerre contre une nuisance qui va lui polluer son quotidien.
IL NE FAUT PAS SE TROMPER D'ENNEMI !
Il n'est certainement pas Mme Courvoisier. Pourquoi, ds une commune ou on pourrait entendre un moustique péter à 10 kms devrait-elle, elle ou quelqu'un d'autre, subir une telle nuisance ? Qui est prêt à accepter cela ?
Il n'est pas non plus, M. Le Goff, qui a une entreprise à faire tourner et dont l'implication dans la vie économique dans cette commune n'est pas discutable. Son départ, s'il s'avérait lui serait pécunièrement préjudiciable ainsi qu'à l'ensemble de la commune (commerces inclus).
LE SEUL ENNEMI DANS CETTE HISTOIRE EST LE BRUIT ET LUI SEUL !
Le départ de l'un ou de l'autre serait une grande défaite pour tout le monde.
Pour ma part, il ressort de :
***26 ans de carrière professionnelle en concessions automobiles possédant leurs cabines de peinture,
*** 20 ans en tant que présidente 'virulente' du syndicat des coproprietaires de ma residence,m'ont amenée àengager de nombreuses luttes visant à éradiquer les nuisances sonores dans mon environnement.
*11 ans de procès à l'encontre du promoteur de ma résidence pour défaut d'insonoristion et autres plaisanteries,*chaufferie desservant 400 appartements à 30 ou 40m de chez moi,*présence de l'aéroport d'Orly,*permis de construire accordé à une Sté immobilière l'autorisant à mettre 6 places de parking sous mes fenêtres... etc etc TOUJOURS LE BRUIT !
Me permettent de vous affirmer :
Que dans le cadre d'un conflit causé par
une installation trop bruyante, le matériel est rarement incriminé.Immanquablement, c'est l'entreprise qui a mal fait son travail.
Ce qui m'amène à demander :
En considérant que le matériel posé soit aux normes imposées :
*L'entreprise ayant fait les travaux est-elle la Sté fabricante ou est-elle sous traitante ? A-t-elle d'autres réalisations dans la région ?
Son personnel a-t-il toutes les certifications professionnelles requises ? A-t-elle bien respecté les schémas de montage préconisés par le fabricant? A-t-elle bien utilisé des pièces d'origine ? La pose, depuis le début des hostilités a-t-elle été certifiée conforme par une expert ? L'entreprise peut bien venir 50 fois, elle ne vs dira pas s'il y a des malfaçons
de son fait. Je connais !M. Le Goff a-t-il fait verifier son installation par une autre entreprise ? comme ça, entre amis.
Il est anormal que cette installation soit si bruyante, avis de carrossiers professionnels avec qui je travaille actuellement.
Il ne faut pas compter les points, mais il faut que la population défende l'artisan en se renseignant ou en trouvant des solutions, sans lyncher personne, afin que cette histoire ne se transforme en Clochemerle ou en Soupe aux choux.
KENAVO

2. Comité de soutien des travailleurs 22/11/2010

Comment une personne, propriétaire d'appartements, peut-elle avoir droit aux logements sociaux?? !!
Ça serait peut être bien de laisser les personnes qui veulent travailler, le faire!!

3. Ifig Gautron 19/11/2010

Tu es bien loin de Lopérec dans ta banlieue sud pour pouvoir juger des nuisances occasionnées par le garage Le Goff qui maintient en vie une entreprise en milieu rural au lieu de mettre les bouts comme les autres . Avant que Madame Cognac étrangère aux Monts d'Arrée ne se mette en Croisade la vie était paisible à Lopérec . Il est que se déclenche une nouvelle Chouannerie

4. GAUTRON JOELLE 09/11/2010

Un conflit de cet ordre ds une commune comme la vôtre est surprenant.
Lors d'un bref séjour fin juin, j'ai vraiment eu l'impression d'un 'bien vivre' ds votre petit bourg.
Calme, propreté, gentillesse des personnes croisées au hasard d'un repos sous votre abri, à côté du four à pain, détente apparente des résidents, salutations joyeuses des enfants... tout porte à croire qu'il fait bon vivre chez vous.
Pour l'exilée que je suis, le contraste entre votre vie apparente et la mienne en région parisienne, m'a fait quitter votre bourg avec beaucoup de regret.
Cette impression de 'bien vivre' est confortée chaque fois que je consulte le site du dynamique et chaleureux Breton à la moustache triomphante, je veux parler bien entendu du populaire patron du TOST D'AN DUD.
Avoir tant d'espace, de zones artisanales et autoriser un commerce comme celui-ci à côté d'un ou plusieurs pavillons est invraisemblable. Avoir la chance, car c'en est une, d'avoir une maison dans un endroit comme le vôtre et se retrouver avec un commerce occasionnant une pollution sonore est presque risible, sauf pour les riverains bien entendu.
Cela me fait penser aux automobilistes qui viennent se garer tout près de votre véhicule alors que le parking est vide.
Madame COUVOISIER a eu bien raison de se battre avec acharnement. Son combat est juste, seule la décision d'autoriser ce commerce à cet endroit ne l'était pas.
Chacun a le droit de pouvoir jouir de son bien en toute tranquillité, surtout à la compagne qd mm.
La liberté des uns, ne doit pas commencer là ou la liberté des autres doit se terminer.
Chaleureusement à tous,
KENAVO!
J. GAUTRON

5. Ifig Gautron 07/11/2010

Voilà bien le genre de comportement qui nous prouve que la délation n'est pas un phénomène limité à la période 1940-1945 et que si un jour il y avait de nouveau une occupation la kommandantur recevrait encore beaucoup de courrier des producteurs de cognac

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site