Info Lavoir... Les cancans du bourg ! Sources: Ouest France et Le Télégramme de Brest

Nymphe-1.JPG

 

 

 

 

 

Avant la pétanque, la poésie s'invite au Tost D'an Dud

 

Lundi 15 octobre 2012 - Ouest France.

Tous les poètes seront les bienvenus au Tost D'an Dud ce samedi 19 autour d'une choucroute mitonnée par le maître de céans, Luc Tosser.

 


 

Week-end prochain chargé, au café de Pays de Lopérec, où le patron Luc Tosser propose, dans un premier temps, de « réviser ses classiques » en matière de poésie et de faire jouer les rimes autour d'une bonne choucroute maison, « mitonnée à feu doux avec des produits locaux », et de taquiner le bouchon le lendemain lors d'un concours de pétanque.

On savait déjà l'homme au kilt et aux bacchantes féru de la poésie du grand Georges. Cette année, avant le traditionnel rendez-vous celte de Samain, le bistrotier aubergiste remet le couvert élargi à tous les poètes disparus.

Une invitation conviviale à se remémorer les plus jolis poèmes appris à l'école, à mettre de la couleur sur les mots, à ressusciter les poètes, maudits, mal aimés et aimés, d'hier ou d'aujourd'hui, tous siècles confondus.

Pour l'organisation de ce diner-poèmes qui se tiendra samedi 20 octobre à 19 h 30, il suffit de réserver avant le vendredi 19.

Le concours de pétanque du dimanche 21 en doublettes sur quatre parties après engagements dès 10 h 30, débutera à 11 h précises par un jet du bouchon. Pause à l'issue de la première partie pour le partage d'un casse-croûte et reprise à 13 h 30.

Samedi 20 octobre, à 19 h 30, diner-poèmes sur réservation au Tost D'an Dud. Participation 13 € (hors consommations). Concours de pétanque, dimanche 20 octobre à 10 h 30. Contact : 02 98 81 14 68

Commerce rural : la commune donnée en exemple.

jeudi 04 octobre 2012 - Ouest France.

Une cinquantaine d'élus se sont réunis, mardi, pour la journée dédiée au maintien des commerces en zone rurale.

 

Entretien

Une journée dédiée au commerce rural, à quoi ça sert ?

Tous les commerces de campagne sont menacés. Nous constatons que les bourgs, en milieu rural, déclinent. Moins de population induit de facto la disparition de services et de commerces. Sans compter les prix de l'essence qui augmentent et qui pourraient faire regretter à certains leur choix de s'être installés à la campagne. Il y a urgence à réagir. L'idée, c'est de trouver des possibilités pour permettre de garder ouverts nos commerces de proximité.

Pourquoi avoir choisi Lopérec ?

C'est important de réunir les élus en leur montrant des exemples qui fonctionnent. Lopérec est la preuve que maintenir des commerces en zone rurale, c'est difficile mais c'est possible. Ici, on se retrouve avec un bourg qui compte de nombreux commerces, c'est encourageant !

Les communes se retrouvent souvent seules pour gérer le problème du commerce...

Le maintien du commerce de proximité dépend de la mobilisation des élus. À Lopérec, trois anciens commerces laissés à l'abandon ont été réhabilités en onze logements locatifs tandis que l'ancienne écurie accueille désormais un salon de coiffure.

Sans nouveaux habitants, pas de commerce ?

L'arrivée d'une population nouvelle va de pair avec la création ou le maintien du commerce. Mais ce sont des choses dépendantes. C'est une problématique que Lopérec a su aborder. Résultat : sur les 108 communes que compte le COB, Lopérec est l'une des seules communes à présenter un solde migratoire positif.

Julien COQUET.

Fêtes patronales. Au bonheur des enfants

4 octobre 2012 - Le Télégramme.

http://www.letelegramme.com/images/2012/10/04/1860384_13112163-fetes-20121004-c133b.jpg

Ce week-end, le pardon de Saint-Pérec a amené à l'église davantage de paroissiens que d'habitude. Mais avant la fête religieuse de dimanche, il y a eu les animations du samedi, avec les jeux et courses pour enfants. Le comité des fêtes, toujours généreux, attribuait des récompenses appréciées par tous. Et si le manège a fait défaut au dernier moment, les structures gonflables ont fait le bonheur des plus petits. Après le match de football du dimanche, au terrain des sports, la tradition a été respectée avec les jeux dans le bourg pour les adultes.

 

Petites communes. Des idées pour maintenir les commerces

3 octobre 2012 - L eTélégramme.

Jean-Yves Crenn, maire de Lopérec, en compagnie du député de la circonscription, a fait visiter aux élus de petits bourgs bretons les commerces et les services de sa commune, souvent citée en exemple pour son dynamisme.


Hier à Lopérec, une soixantaine d'élus bretons de petites communes ont échangé sur leurs pratiques. Objectif: dynamiser les centres-bourgs par le maintien des commerces.

 

 

 

«Un bourg riche de ses commerces et services, c'est l'assurance d'offrir à ses habitants un cadre de vie de qualité, aux niveaux social, architectural, économique mais aussi écologique avec des économies d'énergie liées aux déplacements». Jean-YvesCrenn, le maire de Lopérec, prône de longue date cette vie «micro-économique», sans laquelle «les villages ne seraient plus que des dortoirs». Il n'est pas le seul à en être convaincu. Une soixantaine d'élus, venus de petites communes des troisdépartements de la pointe de la Bretagne avaient fait le déplacement, hier. Cette journée d'échanges, entre élus ayant les mêmes préoccupations, était organisée conjointement par le Pays Centre Ouest Bretagne (COB), son agence de l'énergie (Alecob) et l'association Bruded. Forte de 130 communes bretonnes adhérentes, l'association Bretagne rurale et rurbaine pour un développement durable est un réseau d'échanges entre élus.

Des locaux d'avance

Dans la matinée, Jean-YvesCrenn a expliqué pourquoi la commune de Lopérec avait acquis 18 bâtiments dans le bourg. «Il faut avoir des locaux d'avance à proposer à ceux qui veulent s'installer». Ils ont notamment servi à créer du logement social et à aider à l'installation d'un salon de coiffure, d'une infirmière, d'une épicerie, d'un garage, d'un bar, d'un médecin et, récemment, d'une esthéticienne. «Une société d'édition a aussi pour projet de s'installer dans le bourg», complète le maire.

Licence IV à 1 €

L'après-midi a été consacrée à d'autres réalisations effectuées dans de petits bourgs bretons: l'épicerie de Landudal qui fonctionne en direct avec un supermarché de Briec; le bar-épicerie de Plouégat-Moysan, près de Morlaix, pour qui la commune a acheté une licence IV à 5.000 € et l'a revendue 1 € symbolique au gérant, à condition qu'elle soit cédée au même prix. L'association Bruded a présenté des «retours d'expériences» bretonnes telles que ce bar épicerie associatif de Trémargat (22), soutenu financièrement par le COB, et qui vend des produits bio locaux. Estelle Houbron, chargée de développement à Bruded, a aussi évoqué le marché de Quistinic (56), créé par la municipalité. Autant d'expériences qui montrent, qu'à l'heure du commerce en ligne, les services et commerces de proximité sont plus que jamais vitaux et créateurs de liens sociaux.

 

  • Loïc L'Haridon.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×