Balade contée 2008

 

 

Contes Lopérec à la rencontre des Korrigans et des fées.

samedi 12 juillet 2008


Contes

Lopérec à la rencontre des Korrigans et des fées. Balade contée d'une heure environ. 1, 8 km. Apporter ses flambeaux. Animation à partir de 20 h sur le parking du bar. Dimanche 13 juillet, 22 h 30, Tost D'an Dud. Gratuit. Contact : 02 98 81 14 68.

 

 *****

 

Gros succès de la balade contée aux flambeaux

mardi 15 juillet 2008


Les enfants sont impatient de s'engager vers un itinéraire magique en cette veille de 14 Juillet.</P> 

 

 

Quelle superbe idée que cette balade contée aux flambeaux, tellement plus originale qu'un feu d'artifice, pour cette soirée du 13 juillet ! Les lopérécois y ont adhéré en répondant à l'invitation de Luc Tosser du Tost d'An Dud littéralement débordé par la demande, de cochon grillé pour les retardataires qui n'avaient pas pensé à réserver leur part, de lampions pour ceux qui arrivaient les mains vides pour participer à cette promenade au clair de lune. Dès 22 h 30, l'on sentait monter l'impatience des enfants, près à partir lanternes de papiers et lumignons au bout de leur branchette à la rencontre des korrigans et fées du joli bois de la Doucine.

Ce fut l'affaire des sonneurs locaux de mener la joyeuse procession aux flambeaux à travers le bourg de Lopérec. Au moment de franchir l'adorable ponton de bois au-dessus de la Doucine mis en lumière par Jean-Pierre Richard, la magie opérait à la lueur des torches et verrines entourant un chêne centenaire.

Tout là-haut à la cime du vénérable arbre, Philippe en tenue de camouflage façon vieux korrigan des bois raconta les histoires des anges que l'on pouvait apercevoir la nuit, celle de la création du monde et des Monts d'Arrée et de Job Kervinou, le bûcheron. Puis, la balade se poursuivait non sans frayeur de traverser le bois de nuit en confiant son chemin aux petites baguettes fluo disséminées dans les bosquets en guise de petits cailloux blancs. Et là, les petits farceurs s'en donnèrent à coeur joie trouvant un malin plaisir à les subtiliser : « j'ai déjà toutes les principales couleurs », entendait-on d'un gamin brandissant sa collection !

Le lavoir approchait couvert de bougies avec sa promesse de contes féeriques. Et Isabelle, la magicienne conta avec ferveur Channig la médisante et la fille du seigneur de Penhoat, les légendes prenaient vie au timbre si envoûtant de la conteuse.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site